Loose n’arrête plus de se détendre

Jeudi 18 mars, Marseille. « La revue gratuite la plus chère au monde » fête, une seconde fois, la sortie de son premier numéro : Oil et Alcaline aux platines, tirés à part du dernier Loose aux murs de la brasserie Jacques, fraîchement designée par Stephan Muntaner.

Pour ceux qui n’ont pas encore feuilleté la revue, il y est question de diamants, mais pas seulement, et en plus ça dépend comment on l’entend, le diamant, on l’écrit, on l’imag(in)e, on l’envisage. Pour ceux qui ne connaissent pas du tout Loose ni ses auteurs (Stephan donc, illustrateur, graphiste, affichiste /Robert Bilbil, photographe /Thierry Dey, écrivain), il s’agit de croiser les disciplines, d’entrechoquer les expressions artistiques, d’inviter talents graphiques, littéraires, libres, sur une édition aux sorties aléatoires, à la ligne éditoriale mouvante, aux points de diffusion variables.

Une revue curieuse dans tous les sens du terme, mais toujours détendue. Comme son nom l’indique.

~ par Val Marquet a.k.a Alcaline sur 17 mars 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :