La Femme de Rio

Agnès, la vingtaine pimpante et l’oeil de biche pas du tout effarouchée, rend assez dingue L’Homme de Rio, futur Pierrot le fou, pour la suivre jusqu’aux dédales architecturaux de Brasilia, le tout filmé par de Broca à la vitesse du Concorde. Nous sommes en 1964.

La même année, Nicole laisse sa frange auburn dépasser du calot d’hôtesse de l’air et chavire la vie molle de Jean Desailly. Truffaut et Delerue rendent sa Peau Douce vénéneuse. L’amour avec.

En 1966, Solange, rouquine virevoltante et sa blonde jumelle chantent, dansent, fument en technicolor et Gene Kelly succombe. La vie est légère pour Les Demoiselles de Rochefort, toute tracée par les deux grands Jacques. Demy et Legrand.

Un an plus tard, Françoise, imprudente comme on l’est à 25 ans, saute dans sa sportive Gordini et, en garçonne réussie, embrasse fougueusement les virages de la Côte d’Azur. Sauf que là, ce n’est pas du cinéma. En juin 1967, Françoise Dorléac file au paradis pied au plancher. Combien n’ont pas rêvé de la suivre au sommet du Corcovado ?

En juin 2010, on a toujours envie de l’écouter chanter du Jean-Loup Dabadie :

… et de la voir porter la mode d’un Saint Tropez encore frais (cliquer sur le lien) :

retrouver ce média sur www.ina.fr

~ par Val Marquet a.k.a Alcaline sur 14 juin 2010.

Une Réponse to “La Femme de Rio”

  1. Impeccable, grâce à votre blog, une archive Françoise Dorléac. A.P

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :