Transport immobile

Voyager d’ouest en est dans un train de marchandises, muni de quelques compas, d’un télescope, d’un carnet volé et de barres de céréales.

Quitter le trou du cul du coyote (Pionners Mountains, Montana) pour Washington DC, chercher le prestigieux prix accordé par le Smithsonian Museum.

Etre un cartographe de génie, capable d’étudier les ondes sonores de la colère, les différents degrés de la calvitie chez l’homme tout comme la symbolique du logo McDo.

Avoir Sparow (Sansonnet) pour deuxième prénom, douze ans, un tête trop remplie, un père rancher fan de John Wayne, une mère entomologiste à moitié autiste, un frère mort par accident d’une balle de Winchester.

S’imaginer que le voyage apportera quelques réponses, sinon de nouvelles questions, d’autres cartes et dess(e)ins.

Pour entamer la traversée, prendre place dans un recoin de la tête du jeune et prodigieux T.S. Spivet guidé par la plume du non moins prodigieux REIF LARSEN. Un  auteur issu de cette nouvelle génération littéraire New Yorkaise qui, à l’instar de JONATHAN SAFRAN FOER ou de l’aîné MARC DANIELEWSKI, s’éloigne des formes classiques du roman : magnifie les nota bene, approfondit les légendes, invite l’image, le dessin et l’aparté, ouvre d’autres portes/pages. Et sans jamais s’éloigner de son récit. Initiatique.

A glisser entre MARK TWAIN et J.D. SALINGER une fois le voyage achevé. Extraits…

~ par Val Marquet a.k.a Alcaline sur 9 août 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :