The Nightfly

Dzzing ne sait rien ou presque du travail de JULIEN LOMBARDI. On s’est juste promené tardivement et brièvement, en fin de vernissage, sur les rives lumineuses de ces photographies de nuit, tout droit sorties d’un album de souvenirs d’un voyage en territoire inédit : une exposition qui débute dès ce jour jusqu’au 27 novembre à la galerie d’art FABRIK 89 à Marseille.

Au lieu de paraphraser son ARTEFACT, voici la définition de cette série du photographe, via son auteur : Artefact : n.m (mot anglais, du latin artis facta, effets de l’art) : Produit ayant subi une transformation, même minime, par l’homme, et qui se distingue ainsi d’un autre provoqué par un phénomène naturel. Structure ou phénomène d’origine artificielle ou accidentelle qui altère une expérience ou un examen portant sur un phénomène naturel.


Une invitation à éclairer la nuit, avec la bande-son que chacun pourra imaginer. En voici une :

This Must be paradise – Michael Franks


Marken Lag Stilla – Dungen


Love On a real train -Tangerine Dream


~ par Val Marquet a.k.a Alcaline sur 24 septembre 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :