Some like it hot (part.2)

La Floride caniculaire. La nuit insomniaque. Un moiteur silencieuse troublée par le vent dans les mobiles. L’émoi perceptible, hésitant encore, chacun d’un côté de la porte vitrée. Juste avant de céder.

Histoire d’attraction. Fatale forcément. La fausse âme pure et la plante vénéveuse. Un film noir de sueur enfiévré par la sensualité maligne d’une Kathleen Turner intacte et le sex appeal, presque malgré lui, d’un William Hurt moustachu.

Body Heat. Manipulation délicieuse de Lawrence Kasdan et John Barry en 1981. Play…

 

~ par Val Marquet a.k.a Alcaline sur 7 décembre 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :