Youth’s making sense

Faisant fi de la timidité hivernale des rayons, MiDi FESTIVAL reste solaire. Quittant la pinède hyéroise pour les moulures de l’Opéra de Toulon et le théâtre vintage des Variétés, la scène musicale des 10 et 11 décembre s’annonce fraîche, spontanée et insolente, comme la jeunesse. Même celle d’hier. En stoppant net en 1981 pour se reformer en 2006, les YOUNG MARBLE GIANTS n’ont rien perdu de leur enchantement : le minimalisme mélodique qui  avait séduit le label Rough Trade reprend vie vendredi. Si John Peel était encore de ce monde, nul doute qu’il serait encore le parrain de ces jeunes géants.

Samedi, juste avant de filer aux Variétés pour une giclée de jouvence synthé-pop-lo-fi-néo-garage, remontons à nos adolescences, celles où crier « STOP MAKING SENSE » avait justement beaucoup de sens. Le cinéma Henri Verneuil rejoue le film musical ultime, sans coupures ni commentaires, ellipses et paraphrases : JONATHAN DEMME captant l’essence des TALKING HEADS en 1984. Ici, l’imparable « Once In a lifetime » et une interview superbement absurde de David Byrne par lui-même à propos du film. When no Sense makes sense.

Réservations en ligne sur le site du MiDi FESTIVAL (parmi les links de Dzzing)

 

 

 

~ par Val Marquet a.k.a Alcaline sur 7 décembre 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :