Merci Bernard

La discothèque de Dzzing n’étant pas franchement bercée par l’oeuvre du gringo stéphanois Bernard LAVILLIERS, on révisait nos a priori avec ravissement, à l’écoute des Aventures extraordinaires d’un billet de banque sur l’éclairée sélection Dirty French Psychedelics.

La curiosité réveillée, on  se  balade dans une discographie très tatouée et, surprise, cadeau, étrennes, on percute un bijou synthétique de 7’27 qui aura trente ans demain. Une  mélodie minimale chaloupée, froide et funky façon Octobre. Un phrasé rap à la Grégory de Chagrin d’Amour qui supplante les tics habituels de l’organe musclé. Lavilliers new wave ? Etonnant et délicieux. Nul doute que le titre doit beaucoup à la production de François BREANT, espèce de trituteur de claviers Arp Odyssey, auteur de deux albums expérimentaux, Sons Optiques et Voyeur Extra-lucide.

Night Bird – Bernard LAVILLIERS / Nuit d’Amour / 1981 (photo cover © JB Mondino)

~ par Val Marquet a.k.a Alcaline sur 31 décembre 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :