(ne pas) Oublier Palerme

Quitter la torpeur de l’été sans laisser s’évaporer la mémoire d’une escapade encore plus au sud. Se permettre de dénaturer le titre d’un Goncourt lisible et délectable (Oublier Palerme – Edmonde Charles Roux – 1966) pour se rappeler l’essence de PALERME. Drôle de ville, pas vraiment italienne sauf peut-être napolitaine, un peu marseillaise, îlienne pour de vrai,  rétive et offerte à la fois, renaissante tout doucement, à peine entraperçue mais pleinement approchée. Cinq jours à Palerme et ce qu’il en reste. Et pour une fois chez Dzzing, sans bavardage. Buono viaggio.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

~ par Val Marquet a.k.a Alcaline sur 29 août 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :